Liberté n° 320 – Été 2018

Îlots urbains

À qui l’avenir de la ville?

L’élection de Valérie Plante en novembre dernier a soulevé l’enthousiasme dans plusieurs milieux de la métropole, mais aussi ailleurs au Québec. Avec Projet Montréal, il semblait que la «vraie gauche» arrivait au pouvoir à l’hôtel de ville. La mobilisation réelle (et si rare!) d’une large base militante, la prolifération des «J’appuie Valérie» sur les réseaux sociaux, laissaient entrevoir quelque chose comme le début d’un temps nouveau, une flambée d’espoir dans un contexte politique particulièrement morose. Depuis, la concrétisation de cet espoir se fait toujours attendre.

C’est bien ce que nous espérons de la ville aujourd’hui: une révolution. Car les villes apparaissent désormais comme des lieux d’engagement et d’intervention privilégiés. Des lieux de résistance contre les États dont les politiques, rendues aveugles par la lourdeur bureaucratique ou idéologique, sont considérées comme inhumaines.

Entretien

Reportage

Essai libre

Dossier