Dossier

Dans l’angle mort des médias

Sans un effort sérieux d’autocritique, les médias ne sortiront pas des réflexes colonialistes.

Si on demande à la plupart des gens de nommer des mouvements sociopolitiques qui ont utilisé les médias sociaux pour faire entendre des voix autrement ignorées, les réponses risquent de ressembler à ceci: le Printemps arabe, le Printemps étudiant de 2012, #BlackLivesMatter, #AgressionNon Denoncee, #MeToo. Et #IdleNoMore? S’il est dans votre liste, vous faisiez sans doute partie des premiers concernés, pour qui le mouvement a été une véritable révolution. Parce que chez les allochtones, on l’associe plus à la «cause autochtone» qu’à un mouvement important ayant marqué l’imaginaire et les esprits.

Le mouvement Idle No More (Fini l’apathie) était un appel à la mobilisation autochtone contre le colonialisme canadien, une union des forces éparpillées sur le territoire en un grand cri de ralliement pacifiste. Les manifestations se sont multipliées en quelques semaines à travers le Canada et même aux États-Unis. Les médias sociaux ont été envahis d’appels à l’action, de photos, de vidéos et de textes d’opinion. Né en décembre 2012, le mouvement n’était pas sans rappeler, dans sa forme, le printemps étudiant québécois qui avait eu lieu quelques mois auparavant. Mais peu importe. Quand les manifestations d’Idle No More ont commencé, il n’y avait qu’une seule façon d’en être informé: suivre le réseau autochtone anglophone sur Twitter et Facebook.

Je faisais alors partie des rares Québécois.es francophones à lire les intervenants du mouvement avec attention. J’avais commencé à suivre l’actualité autochtone pour le travail et je continuais à le faire pour mieux apprendre et comprendre ce qui m’avait longtemps été caché. Je suis née dans les années 1980 au Québec, dans un environnement allochtone; j’ai vite appris l’indifférence. Le fameux racisme systémique m’a formée dès la naissance. Les peuples autochtones? On ne les regarde pas. On les ignore. On les oublie. Ils appartiennent au passé.

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 321 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!