Critique – Fiction

Le réel et son déguisement

L’art selon Jacob Wren est un contrat social.

La clé de Polyamorous Love Song arrive à la toute fin du roman alors que Jacob Wren propose une réflexion sur la chanson pop qui éclaire les quelque deux cents pages précédentes.

À propos de cette musique commerciale, le narrateur s’interroge: quelle serait notre conception de l’amour si les chansons qui le prennent pour thème ne pleuraient ou ne célébraient pas uniquement le grand amour?

Si cet amour tant chanté, plutôt qu’être exclusif à une seule personne, était pluriel, transformant les mélodies en poly­amourous love song?

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 308 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!