Ministère de la Formation

Notre éducation parasitée

Rencontre avec Jacques Tondreau

Avec l’adoption de la loi sur l’administration publique, le système d’éducation a été contaminé par l’obsession statisticienne. Conséquence: on se préoccupe plus des chiffres que des élèves.

Qu’entend-on par l’approche comp­table en éducation?

Jacques Tondreau — C’est une expression, une image, en fait. Celle-ci permet d’évoquer un certain nombre de pratiques gestionnaires apparues en éducation depuis une dizaine d’années. Elles s’appuient essentiellement sur des indicateurs de résultats et des données statistiques permettant de jauger et d’évaluer la performance des écoles, mais aussi des élèves, puis, finalement, du personnel des établissements scolaires.

L’évaluation des performances n’a-t-elle pas toujours fait partie du système scolaire?

Jacques Tondreau est sociologue de formation. Il est actif dans le domaine de l’éducation depuis vingt-deux ans. Il occupe un poste de conseiller dans une centrale syndicale depuis 2001 et travaille sur les questions relatives aux réformes éducatives et à l’analyse des politiques éducatives tout en étant responsable des campagnes de défense et de promotion de l’éducation publique.

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 305 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!