Critique – Scènes

Voir les fleuves comme des sœurs à aimer

Dans le cadre de sa 16e édition, le Festival TransAmériques (FTA) a élaboré une Journée de l’eau. Cet ensemble de «terrains de jeu» réunissait artistes, militant·es et chercheur·euses dont la pensée et l’engagement venaient éclairer des spectacles dans lesquels l’eau s’infiltrait. Les différentes performances et discussions ont contribué à une cartographie poétique et politique de l’eau – de Gespeg, en Gaspésie, jusqu’à Altamira, dans le nord du Brésil, en passant par Kahnawà:ke –, dont la survie dépendrait du soin et de la résistance.

«À qui appartient l’eau?»

C’est la question que pose d’emblée Yenny Vega Cárdenas, l’une des invitées du terrain de jeu Le Saint-Laurent: la protection de ses vies. En tant qu’avocate et spécialiste en droit et en gouvernance des ressources en eau, elle travaille actuellement à la reconnaissance du fleuve Saint-Laurent comme entité juridique.

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 337 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!