Naissance

2222

De maman-sainte-putain à cyborg, mère de personne.

22 h 22, l’heure à laquelle je suis née. Chaque fois que je pose les yeux sur mon cellulaire, et qu’il affiche cette série de 2, je suis rappelée à ma naissance.

Les récits nous ont appris qu’il y a une ligne claire à tracer de la naissance à la mort. Les événements s’enchaînent, coulent un dans l’autre, s’additionnent. On raconte les histoires de cette façon parce qu’en réfléchissant à rebours aux faits marquants, on a l’impression de dérouler le fil de la mémoire. En réalité, les chemins sont tordus. Des cartographies complexes. Cent plans empilés. Des lignes horizontales, verticales, diagonales les traversent. J’existe ici, j’existe aussi ailleurs.

Pour rester une entité cohérente, nous sélectionnons les récits qui permettent à notre «sentiment de soi» de se perpétuer, laissant de côté des pans complets de notre histoire personnelle. Subjective subjectivation.

Maude Veilleux a publié trois recueils de poésie et deux romans. Elle fait de la performance et des œuvres hypermédiatiques. Elle s’intéresse, avec le collectif Botes Club, à l’automatisation du travail.

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 337 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!