Microdoses de réalité

Un simple médicament…

Je copie ici une partie de la fiche descriptive de l’oxycodone, un analgésique de la famille des opioïdes, tirée du Guide des médicaments, 5e édition (2020). La fiche complète fait 3 224 mots; j’en ai recopié 631. Cette substance est autorisée par Santé Canada. Mon intention ici est de mettre en lumière le discours qui entoure les drogues et leur circulation, et non pas de porter un jugement sur leur consommation ni sur la consommation de médicaments.

Je ne peux indiquer ici pour comparaison les effets de la psilocybine, puisque les études sont encore en cours. Cependant, ces dernières semblent démontrer que les champignons ne sont pas addictifs. Ils engendrent des inconforts gastro-intestinaux chez certain·es, et ne sont pas recommandés pour les personnes ayant une histoire de maladie mentale. Mais en dehors de ces considérations, ils sembleraient relativement inoffensifs pour le corps. Il ne s’agit bien sûr pas de faire l’apologie des drogues psychédéliques; je cherche plutôt à comprendre pourquoi une substance comme la psilocybine est criminalisée alors que l’oxycodone, ici présentée, peut avoir de graves conséquences sur la santé et la vie de ceux qui en usent, sans compter les coûts sociaux engendrés par la dépendance. — RL

Oxycodone, Apo-Oxycodone CR, Oxy IR, OxyNEO, PMS-Oxycodone CR, Ran-Oxycodone CR, Supeudol, oxycodone-naloxone, Targin

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 336 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!