Éditeur en résidence

Sur la nature du dépressionnisme

Dialogue aporétique

Archésilas. — Où vas-tu donc, mon cher Autophane, et d’où viens-tu?

Autophane. — J’arrive de chez Téléthon, fils d’Ikonocrate, et je me rendais maintenant à l’arrêt d’autobus afin de retourner chez moi, sur la Rive-Sud.

Archésilas. — Eh bien, laisse-moi t’accompagner un peu.

Autophane. — Ne te fais pas prier, cher ami! Vois cette ruelle nauséabonde: suivons-la. Mais que vois-je? Que tiens-tu donc dans ta main?

Archésilas. — Oh, ce n’est rien: un petit discours.

Autophane. — Sache que tu es désormais dans l’obligation de m’en dévoiler le contenu.

Archésilas. — Je préférerais me faire empaler, Autophane, plutôt que subir tes critiques!

Autophane. — Archésilas, homme cruel! Pourquoi piquer ma curiosité à seule fin de me priver ensuite d’une occasion d’accroître ma science?

Archésilas. — L’honneur exige que je me défende de cette accusation: je la réfuterai donc en te faisant part des mes réflexions sur le sujet. Mais les dieux du stade sont mes témoins: c’est seulement parce que tu insistes!

Autophane. — Entendu, excellent homme. Mais asseyons-nous plutôt sur le trottoir; à l’ombre de ce magnifique Burger King, nous serons à notre aise pour discuter, bien à l’abri du soleil qui à cette heure est au zénith de son parcours et flambe de tous ses feux. Allons donc: quelle thèse défends-tu dans ton discours?

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 306 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!