Entretien

L’Amérique case par case

Rencontre avec Réal Godbout

Co-créateur de la mythique série Red Ketchup qui fit les beaux jours de la revue satirique Croc, Réal Godbout a consacré les dix dernières années à une adaptation en bande dessinée de L’Amérique de Kafka. Dans cette entrevue, il parle aussi de l’influence d’Hergé, de Crumb et de Chaplin dans son œuvre.

Pourquoi Kafka?

Réal Godbout — C’est d’abord un auteur que je connais assez bien, et qui me touche beaucoup. Et de tous les livres de Kafka, L’Amérique demeure mon préféré. Ce n’est bien sûr pas une raison suffisante pour l’adapter en bande dessinée, mais toujours est-il que c’est un livre que j’ai lu assez jeune, et ce qui m’avait frappé, c’était surtout une certaine légèreté, un côté comique, un côté burlesque, que je n’associais pas du tout à l’image de Kafka, à l’époque. Cela m’avait marqué. En découvrant par la suite l’ensemble de son œuvre, j’ai bien fini par réaliser que l’humour reste une part importante de son univers, et ce, même dans les textes qui paraissent les plus noirs. Donc, ce côté-là m’avait frappé. À l’époque, au début de ma vingtaine, je commençais à faire de la bande dessinée, et je m’étais dit que j’aimerais bien, un jour, faire un album à partir de ce livre-là. L’idée d’adapter une œuvre littéraire, déjà, ne me déplaisait pas, et au cours des années, j’y repensais de temps en temps. Chaque fois que j’ai relu le roman, je me disais qu’il faudrait vraiment que je m’y attaque un jour.

Et comment cela est-il arrivé?

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 301 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!