Le propriétaire et le possédé

Cinquième confession d’un cassé

Quand le pauvre fait la lutte au pauvre.

1

C’est Karl Marx qui disait, en tout cas il me semble, que l’histoire, finalement, ne se répète pas: elle bégaie. C’est comme ça que ça a cogné à ma porte une fin d’après-midi du mois de mars. Quand j’ouvre, un gars que je n’ai jamais vu de ma sainte vie se tient dans le cadre de porte, qu’il regarde d’ailleurs plus que moi. Je suis le nouveau proprio. Je peux-tu rentrer? À peine après avoir franchi le seuil, il m’a tout de suite lâché, comme s’il m’enfonçait le poing dans le fond de la gorge: je t’augmenterais de vingt-cinq piasses, c’est-tu correct? (moi) Non. (lui) Vingt d’abord. (re-moi) Non plus. C’est à partir de là que ça a dérapé.

Le tout a commencé par une litanie, qui se voulait attendrissante, sur le thème séculaire de la misère des riches. En gros, Ti-Guy, l’ancien proprio à la barbe blanche, était redoutable en affaires. À la toute dernière minute, il avait augmenté son prix de quinze mille piasses, prix qui était déjà pas mal élevé, merci. Tout le long du chemin en m’en allant signer l’acte de vente, je me demandais si je me faisais pas juste fourrer dans cette affaire-là. En plus, la Ville, la Ville! c’est rien que des écœurants, la Ville, elle a une taxe de bienvenue quand que t’achètes un bloc, pis ça aussi, ça coûte cher en maudit. (moi) J’entends bien, mais je trouve que ça ne me regarde pas. (lui) Non, mais tout ce que je te dis, c’est que je te demande de faire un petit effort, c’est de donner avec moé un petit coup, pour se starter. (moi) Starter quoi? (lui) Chus pas Ti-Guy, moé. J’ai des gros projets. Je veux refaire le balcon, la galerie, peinturer la cage d’escalier. Regarde-moi ça comme c’est tout écaillé. C’est la première affaire que le monde voit quand il entre. Dis-moi pas que quand tu reçois de la visite tu te sens pas un peu mal. (moi) Pas vraiment. Je commençais, je le sentais bien, à l’énerver: Les filles d’à côté, elles l’ont accepté, le vingt-cinq piasses. Pis ceux d’en bas, je les ai augmentés de quarante piasses, pis ils ont signé. (moi) Mes voisins font ce qu’ils veulent. C’est à ce moment-là qu’en regardant les sept, huit bouteilles de bière vides qui niaisaient à côté de l’évier, il a trouvé de bonne guerre, si ce n’est de bon goût, de me signifier que si j’avais les moyens de boire, j’avais certainement les moyens d’absorber son augmentation. Si ce n’était pas le cas, je n’avais qu’à me passer de ma bière. (moi) Je te trouve un petit peu méprisant. Il y a eu un silence. Peut-être qu’il ne s’attendait pas à ça. Peut-être aussi qu’il ne comprenait pas.

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 302 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!