Critique – Littérature

Écrire debout et parler dans l’ombre

On entre dans ce livre d’une facture impeccable comme on rencontre une personne qui serait à la fois tranquille et éclatante. Tout en contraste, en subtilité et en points de vue divers, l’écriture de Camille Readman Prud’homme se déploie doucement, comme une vue changeante sur un paysage à mesure que le soleil s’y lève.

Ce qu’on découvre rapidement et qui étonne, surtout dans le ton de la première section, c’est cette impression d’une grande sagesse. Comme si la voix poétique parlait avec l’assurance et l’expérience des années. Après avoir vérifié la date de naissance de l’autrice, on peut déduire que cette habitude de se taire et d’observer telle que décrite par le titre – et qui est constamment rappelée – nourrit une réflexion riche et un regard généreux sur les manifestations extérieures au sujet, qui sont vécues sur le mode de la dislocation de celui-ci: «je me disloque quand je sens que je deviens une image, et qu’échanger devient une affaire de camouflage ou de contention. alors je ne suis plus tout à fait où l’on m’attend, je suis quelque part, mais aussi là où je pense; je me trouve à un endroit que le croisement d’une longitude et d’une latitude pourrait situer, mais aussi dans l’espoir que le noir me recouvre et dans la pensée de ces gens qui me sauvent».

C’est sous cette forme paradoxale du langage, où tout est dit en retenue, où toute parole est dénoncée en même temps qu’elle s’énonce, où toute image est effacée en même temps qu’elle se dessine, que se déploie la poésie kaléidoscopique de ce recueil, qui ouvre sur de nouveaux horizons: «j’ai cherché des endroits où l’on pouvait perdre son visage et j’ai trouvé la pénombre mais aussi la voix, car parfois quand on se met à dire il arrive qu’on altère son image ou qu’on la renverse, qu’on descende dans ce qui nous travaille et qu’on desserre un peu ce qui nous enferme».

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 333 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!