Dossier

La dépossession tranquille

Des décisions économiques et politiques attaquent tous les jours l’héritage de la Révolution tranquille. Mais pour que ce plan fonctionne, il faut d’abord que la classe moyenne n’y voie rien. Comment y arrive-t-on?

Portrait gaspésien

L’hélicoptère survola lentement Carleton – devenue sur Carleton-sur-Mer, pour mieux vendre sa prétention d’être une station balnéaire tendance – s’immobilisant ça et là comme pour laisser les passagers prendre le temps de découvrir – jouqués dans le ciel – les attraits et paysages qu’admirent d’habitude les gens de la fenêtre de leur voiture. Puis il reprit soudain son vol vers l’est.

Il atterrit bruyamment à l’arrière du deuxième rang de Maria, sur une piste récemment construite au beau milieu de ce qui était encore, quelques mois auparavant, une prairie d’où on tirait de maigres balles de foin. Les habitants du rang s’étaient fait réveiller un matin de printemps par le vacarme des pelles mécaniques et des bulldozers levant un mur de terre et charriant d’immenses pierres. En quelques heures, un véritable oppidum, une enceinte de quelques mètres de haut, clôturait la terre. La rumeur disait qu’un membre d’une famille de riches magnats de Montréal avait fait bâtir dans le fond du bois une «monster house» de fin de semaine. De l’argent fait dans les grands chantiers de construction de la région de Montréal et un nom de famille qui aurait été cité par plusieurs témoins à la commission Charbonneau.

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 302 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!