Critique – Scènes

Une théorie qui a lieu

Une théorie de la roulotte, c’est ce à quoi j’ai pensé, planté devant la caravane Little Fun Palace stationnée au fond d’une cour au nord du boulevard Gouin, alors que j’y avais été invité à réfléchir, avec mon collègue et ami Félix Chartré-Lefebvre, à la théorie comme un espace hospitalier. Je crois que la théorie trouve sa place pour accueillir le monde qu’elle tente de saisir. Elle est modulée par les lieux mêmes lui permettant de se situer, comme lorsque Gilles Deleuze, en conversation dans sa cuisine avec Michel Foucault, s’était avancé à la redéfinir comme «toujours locale, relative à un petit domaine». Au Little Fun Palace, sur cette pelouse, ma présence était traversée par ce domaine précaire, mobile, qui abrite une utopie que ma prise de parole était presque contrainte d’incarner.

Espace éphémère de rencontre entre penseur·euses, artistes et citoyen·nes conçu en 2018 par la compagnie italienne Office for a Human Theatre, dirigée par Filippo Andreatta, et circulant en Europe depuis plusieurs mois dans les paysages naturels et les lieux urbains, le Little Fun Palace foulait en juin 2021 pour la première fois le sol nord-américain. L’équipe du festival d’arts vivants OFFTA s’en est saisie et l’a investie sous le thème des «milieux hospitaliers», programmant autour de la roulotte des conversations animées par Julie-Michèle Morin et des performances, parmi d’autres, d’Éric Noël et d’arkadi lavoie lachapelle dans divers lieux de la métropole, avant de lui faire prendre la route pour Québec, Marsoui, Le Bic, Sherbrooke et Ottawa.

L’idée d’Andreatta est de proposer un dispositif qui crée des rencontres joyeuses et des dialogues spontanés en marge des lieux de diffusion conventionnels. Entre le bord de scène devenu œuvre et le laboratoire de création, le Little Fun Palace cherche à replacer les arts vivants au centre de la vie publique. Il présente une dramaturgie de tout ce qui ouvre le théâtre aux formes de vie, à leur environnement, à leur situation sociale et politique, à leur sensibilité, dont la théorie, qui existe principalement dans la caravane par l’entremise de paroles échangées. Ensemble d’idées portées par plusieurs voix, la théorie y est une onde diffusée par des corps vibrants, un trait d’union entre des intellects, mais aussi quelque chose qui s’essaie, qui se lance sans être tout à fait formé encore, une pensée instable et hétérogène comme ces lieux où elle s’installe.

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 332 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!