Fait divers

Hana Kimura

Théâtre de l’ordinaire, le fait divers met en relief une tragédie qui, en arrivant aux autres, nous permet tantôt de savourer des désirs innommables, tantôt de méditer sur le destin. Si la fiction permet la catharsis, qu’en est-il de la téléréalité, qui use des mêmes procédés mais aux dépens de personnes bien réelles? se demande Louis Carmain dans ce texte.

Je confesse être un grand consommateur de téléréalité. J’avoue en outre m’y être parfois investi de façon telle que j’en suis venu à éprouver des émotions dignes de cas clinique, ou à émettre des opinions malheureuses à l’endroit de participants. Ma paresse seule m’a retenu d’exprimer mes états d’âme sur les réseaux sociaux.

Hana Kimura était une lutteuse japonaise. Elle participa aussi à l’émission de téléréalité Terrace House, en 2020, que je considérai un temps comme l’apothéose du genre. Hana Kimura s’est suicidée pendant son passage à l’émission. Les autorités japonaises imputèrent son triste sort aux commentaires haineux dont elle fit l’objet en ligne, après la diffusion d’un épisode particulièrement corsé.

C’est dire que, n’eût été mon indolence, j’aurais pu être de ceux qui ont vilipendé Hana devant leur écran, puis sur les réseaux sociaux et, enfin, sur ses réseaux sociaux.

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 332 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!