Critique – Scènes

La lecture comme engagement

Ma fille disparaît
Ma mère disparaît
Ma terre disparaît

— Rébecca Déraspe, Ceux qui se sont évaporés

Le 7 mars dernier, j’étais au Théâtre d’Aujourd’hui, assistant à Ceux qui se sont évaporés, la plus récente pièce de Rébecca Déraspe, dans laquelle une jeune femme, Emma, disparaît sans laisser de traces. Cinq jours plus tard, les représentations de la pièce étaient brusquement interrompues, pour les raisons que nous connaissons toutes et tous. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser que c’était là un drôle de hasard; que la dernière pièce à laquelle j’avais assisté parlait de ça, de la disparition d’individus, du jour au lendemain. Confinée chez moi comme tout le monde, je me faisais la réflexion que nous venions subitement de disparaître collectivement.

L’abrupte interruption des spectacles, des concerts et de toute activité culturelle pour cause de pandémie a fait surgir une série de discours autour de la réinvention des arts – et particulièrement des arts vivants comme le théâtre. Les artistes devraient dès lors se tourner vers les plateformes virtuelles, les espaces numériques, pour continuer de créer. Mais tout autant que ces suggestions demeuraient vagues et floues (diffuser des spectacles en ligne? Enregistrer des monologues live ?), elles semblaient surtout laisser de côté les artistes de théâtre. Comment se «réinventer» sans la présence du public, sans qui l’art théâtral devient pratiquement inopérant? Comment faire, dans le confinement et la distanciation physique, pour garder ce vivant présent, cette relation spectateur·trice-scène?

Je me suis dit que c’était impossible pour le moment. Que cette si nécessaire rencontre allait devoir attendre. Je me suis aussi dit, cependant, que ce moment d’attente était peut-être l’occasion de retrouver le théâtre là où il logeait, encore intact, et où on avait parfois tendance à l’oublier.

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 329 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!