Essai libre

Ceci n’est pas une théorie du complot

Cinquante ans plus tard, l’affaire Laporte est loin d’être parfaitement éclaircie. L’État canadien ne trouvait-il pas au fond son intérêt vis-à-vis de l’opinion dans ce crime spectaculaire? Difficile, à l’heure du conspirationnisme tous azimuts, de démêler posément les fils de cette sombre histoire…

Il m’arrive de m’ennuyer de l’époque où un «conspirationniste», c’était quelqu’un qui croyait que John F. Kennedy n’avait pas été assassiné par un tireur solitaire, car alors que faire de Jack Ruby, ce cabaretier couvert de dettes et lié au crime organisé qui avait commodément fait disparaître le suspect et principal témoin de l’attentat contre le président? Une supposition somme toute très raisonnable. Aujourd’hui, un «complotiste», c’est quelqu’un qui croit que le virus de la covid-19 a été fabriqué en laboratoire par Bill Gates et par les Chinois dans le but d’implanter sous la peau de chaque humain une puce électronique déguisée en vaccin et contrôlée par les ondes cellulaires des futures tours 5G. Et que de louches cirrus, les chemtrails, sont en réalité des nuées d’antidépresseurs secrètement vaporisés par les gouvernements pour rendre leurs administrés plus dociles. Sans parler de la gigantesque conspiration internationale ourdie depuis l’Antiquité pour cacher aux habitants de la Terre que Pythagore, Platon et Aristote étaient dans le champ et que notre planète est en réalité aussi plate que la banlieue de Winnipeg!

Je veux bien reconnaître que les tenants de ces thèses divertissantes ont de l’imagination – et souvent aussi autre chose – à revendre, et que lorsqu’ils daignent s’aventurer hors de l’atmosphère confortablement saturée de délires solipsistiques de leurs repaires internautiques, leurs manifestations pro-Trump-et-autres-gogos ne sont rien de moins que pittoresques.

Mais le conspirationnisme – continuons de le nommer ainsi pour l’instant – ne saurait se définir uniquement par ses excès. Pas plus que les outrances verbales de cette évangéliste américaine qui clamait que le sang de Jésus, dans lequel elle prétendait baigner, la protégeait de la covid-19 n’invalident la quête spirituelle de l’honnête quidam de culture catholique à qui viendrait l’idée de s’interroger méthodiquement sur l’existence de Dieu.

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 329 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!