Dossier

L’espace colossal de l’humanité

Entretien avec Nicole O’Bomsawin et Omar Koné

Par le ciel, l’humain se rappelle qu’il appartient à la Terre.

Nicole O’Bomsawin est une anthropologue abénakise qui milite depuis l’adolescence pour la reconnaissance des droits autochtones, en particulier ceux des femmes. Au fil du temps, elle a su tisser une toile entre les cultures, créer un réseau de communication entre les nations autochtones ainsi qu’entre les Autochtones et les Québécois, dans un désir de partage et de compréhension mutuelle, d’ouverture. Comme Aînée, elle travaille sans relâche à transmettre ses connaissances pour que les traditions de son peuple se perpétuent dans les générations futures et soient mieux comprises des Québécois. Guérison et spiritualité sont au cœur de son approche.

Cheikh Omar Koné est le porte-parole du Centre soufi Naqshbandi de Montréal et il travaille de son côté à la transmission et à une meilleure compréhension de la religion musulmane. Consultant, conférencier, ses réflexions sur les accommodements raisonnables permettent aux institutions de lutter contre toute forme d’extrémisme et d’intolérance. Son approche de la spiritualité est large et inclusive et il met sa vision de l’islam, libérale et savante, au service de sa communauté et de la société.

Les deux penseurs luttent contre l’oubli, l’ignorance qui engendre la violence, et tracent patiemment un chemin d’ouverture à l’autre, de respect et d’amour. Cette conversation entre Liberté, une Aînée et un cheikh est sans doute improbable; pourtant, elle relie des visions du monde qui circulent trop peu en Occident et nous permet de réfléchir à notre condition en nous donnant à voir un tout autre ciel.

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 328 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!