Entretien

Joséphine Bacon

Dignes femmes illégitimes

Joséphine Bacon est poète (Uiesh - Quelque part, Mémoire d’encrier, 2018) et réalisatrice. Innue de Betsiamites, elle vit maintenant à Montréal. Au cours de cette brève conversation, elle évoque le souvenir de la grande chanteuse Nina Simone.

Il y a de ces témoins qui se révèlent avec le temps. C’est comme si, à l’époque où ils ont été surpris sur une photo qui capte un événement, leur visage n’avait pas d’importance et leurs lèvres muettes se devaient de rester silencieuses pour toujours. Il y a des témoins qui n’ont pas le poids des histoires qu’ils portent. Leur regard n’est pas légitime. On les suspectera de déformer la réalité parce qu’étant eux-mêmes des objets, ils sont hors de l’objectivité. On ne dira pas qu’ils voient autre chose, autrement. Dans l’ordre du discours, leur parole est irrecevable: «nous ignorons […] la volonté de vérité, comme prodigieuse machinerie destinée à exclure», disait Foucault.

Le regard que je m’apprête à rapporter vient de loin dans le temps. C’est le regard de Joséphine Bacon, en 1969, alors qu’elle n’a que vingt ans et qu’elle est depuis peu à Montréal. Elle ne sait pas grand-chose du monde à l’extérieur des pensionnats. Il y a les miracles de Jésus (mon favori, c’est la multiplication du pain), mais, pour le reste, personne ne l’a préparée au monde.

La voilà à la place des Nations durant un lumineux mois de juillet. Elle va voir une femme qu’elle a entendue chanter. Une amie lui a fait écouter un album. Elle aime cette voix, inclassable et dérangeante. Cette femme, c’est Nina Simone.

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 325 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!

Lorrie Jean-Louis est née à Montréal de parents haïtiens. Détentrice d’une maîtrise en littérature, elle poursuit des études en bibliothéconomie. Elle se consacre à l’écriture.