À toi, pour toujours, ton algorithme

La beauté et les dangers d’un langage parfaitement logique.

Le petit succès qu’a connu mon dernier livre, La vie littéraire, m’a laissé dans une drôle de situation depuis sa sortie, en 2014. Je ne me suis pas retrouvé plus riche mais très occupé, si occupé que j’ai dû me rendre à l’évidence: après des dizaines de conférences et de lectures dans des festivals aux quatre coins du Québec et du Canada, j’étais trop épuisé pour conserver ce poste occasionnel de correcteur au ministère de l’Éducation, poste qui avait représenté une sorte de sécurité financière pour moi pendant plusieurs années. J’ai donc dû dire adieu à tous ces tropes de dissertations mal foutues qui m’avaient tant diverti.

Adieu «depuis la nuit des temps».

Adieu «dans un premier lieu» et «dans un deuxième lieu».

Adieu sujets amenés boiteux et bilans contradictoires.

Adieu «il serait intéressant de comparer cette œuvre avec Michel Tremblay».

Adieu,
ou au revoir.

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 310 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!