Au nom de Dieu

Signez-vous, le capital est là!

La maîtrise organisationnelle à laquelle aspiraient les théoriciens des institutions privées et du management dans les années 1970 a abouti à un grand désordre. Déchaînées, les forces du capital ont favorisé une concentration de richesses sans pareille dans l’histoire, qui n’a toutefois pas percolé sur tous les damnés de la terre; la grande manifestation oligarchique d’égoïsme qui annonçait un paradoxal salut pour l’humanité n’a fait qu’accentuer cruellement les écarts de revenus. Aucun argument n’a tenu. On s’en est donc remis au culte de la personnalité, on a développé des chaires en leadership, recyclant des ouvrages de psychologie populaire pour les associer à des modèles comme Steve Jobs, dont les odes au génie étaient chantées dans une imitation ratée de romans initiatiques du xixe siècle. Puisqu’il devient difficile de dissimuler qu’on n’avait vraiment plus rien à dire pour justifier la faillite d’un régime, le marasme dans lequel on a plongé l’humanité, la bêtise infantilisante dans laquelle le marketing a immergé la culture, il reste une référence hypostatique, dont on est maintenant déjà en train d’achever le sens en s’y remettant, celle de Dieu.

En pleine guerre «contre le terrorisme», contre la «radicalisation au service de Dieu», contre les fous d’Allah et quoi encore, on ne semblait pas même conscient – ne parlons même pas de scrupules – de la profanation que l’on commettait en usant dorénavant aussi platement, simultanément, de signes religieux. Même un athée s’insurgerait qu’on réduise à tant de platitudes les croyances historiques contre lesquelles il lutte. C’est comme si on parlait pour rire. C’est comme si le capital avait tellement tout réduit à sa triste portée qu’il ne s’imaginait rien qui puisse l’excéder.

Ainsi, la conférence préalable au Sommet sur le climat de 2015, organisée à Paris par l’Union française des industries pétrolières, s’est intitulée «La place des hydrocarbures dans la transition énergétique». Francis Duseux, son président, a présenté sa cause explicitement comme une «religion». «Je fais le travail de Dieu», une saisissante citation du pdg de Goldman Sachs, sert pour sa part d’incipit à l’étude très critique sur l’institution financière, intitulée La Banque, qu’a signée Marc Roche, correspondant financier au Monde à Londres. Et en visitant un «incubateur de start-up», nous y serons reçus par des coaches, gourous, mentors et Chief Happiness Officers, entre autres bons apôtres du management.

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 312 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!