La marge qui manque

Aucune majorité n’a la mainmise sur le réel.

J’étais invité en juin dans un cégep de la région de Montréal pour donner un atelier au sujet de Vu d’ici. La clientèle des cours d’été tardifs est souvent différente de celle qu’on rencontre tout au long de l’année. Il y avait devant moi des étudiants de tous âges et d’une plus grande diversité d’origines que d’ordinaire lorsqu’on m’invite en atelier. Ça va être intéressant, je me suis dit, étant donné que le livre, pour ceux qui l’ont lu, plonge assez promptement dans la culture québécoise de télé et de banlieue, cette culture blanche et grand public, classe moyenne et «identitaire», qu’il critique. Cette critique n’était pas faite au nom d’une plus grande diversité, mais plaidait pour une libération politique du libéralisme économique, une libération qui n’avait pas de forme particulière. D’où mon intérêt de présenter ce texte à un public à qui la télévision québécoise ne dit peut-être rien, qui n’a probablement pas dans son corps les traces culturelles et physiques de cinquante ans d’hyperconsommation banlieusarde. Au fond de la classe, au milieu de femmes de tous âges et de toutes origines, deux garçons blancs, pas plus, qui à ma grande surprise ont insisté pour faire dédicacer Le guide des bars et pubs de Saguenay, livre que j’aime peut-être un peu moins que les autres parce que, justement, c’est celui où les privilèges des hommes blancs d’Amérique sont le moins critiqués. On peut sortir seul le soir dans les bars sans se faire aborder, on est chez soi partout, la nuit nous appartient et on peut écrire sans être dérangé parce que personne ne nous remarque. Bonne lecture, garçon 1, bonne lecture, garçon 2. L’atelier pouvait commencer.

Je présente mon livre à la lumière de la politique nord-américaine du début des années 2000. La génération à laquelle j’appartiens a pu quitter l’adolescence grâce au militantisme altermondialiste. Mais l’exaltation du réveil politique, vécue à l’ombre des barricades du Sommet des Amériques au printemps 2001, a été stoppée net par les nombreux dérapages sécuritaires de la guerre au terrorisme. Nous avons été comme figés dans le temps et l’action politique. Le néolibéralisme a connu, grâce à la stupeur provoquée par le 11 septembre, une extension historique. Et notre société a pourri avec lui, et nous qui étions prêts à commencer une révolution, nous nous sommes retrouvés prisonniers du rêve des autres, car le réveil n’était plus possible. C’est cette impuissance qu’on trouve dans Vu d’ici, que j’essayais de raconter à ce groupe, l’impuissance à être autre chose qu’une donnée statistique dans un monde qui n’est plus qu’économique.


La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 314 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!