Critique – Théâtre / Liberté au FTA

Recréer la possibilité

S’il était possible d’assister en simultané aux manifestations, conférences et conversations d’artistes dans une dizaine de villes d’Europe, que livrerait le frottement de leurs réflexions comme vérité sur le monde actuel? À la manière d’une anthologie de la pensée en temps réel, le collectif barcelonais El Conde de Torrefiel rédige une série de cartes postales philosophiques, dont la juxtaposition dessine un horizon incertain pour le Vieux Continent: La possibilité qui disparaît face au paysage.

Conçu et mis en scène par la Suisse Tanya Beyeler et l’Espagnol Pablo Gisbert, le spectacle s’apparente à une collection d’arts visuels aux pièces exposées dans un décor muséal. Une Europe figée dans le temps qu’un public de touristes visiterait, seulement dans les grandes lignes. Chaque capitale s’affiche en larges majuscules comme le chapitre neuf d’une histoire qui se répète. Puis le texte récité en voix off ou projeté à l’écran relate les propos qu’un écrivain ou penseur choisi pourrait en effet tenir dans tel lieu, au moment présent. Le spectateur déambule mentalement entre ces situations imaginées, canevas d’une réflexion sur l’époque.

Parallèlement, des chorégraphies mini­malistes prennent forme, le temps de quelques poses ou d’une installation éphémère. Ces illustrations ne sont pas fidèles aux descriptions mais en conservent un accessoire symbolique afin d’y associer une image mentale, simplifiée et décalée. Un discours sur la surconsommation devient une montagne de sacs plastique; la jeunesse est un château gonflable; le vieillissement, un gong qui retentit en accélérant.

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 317 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!