Essai libre

La presse algérienne, vraiment libre?

L’histoire trouble de la presse algérienne des années 1990 à aujourd’hui.

Ce texte est dédié à la mémoire du regretté Ali-Bey Boudoukha

«La presse la plus libre du monde arabe.» Cette formule a été le mantra de nombreux patrons de presse algériens durant les années 1990. Tel un slogan, celle-ci a été reprise à satiété par des relais médiatiques en France et ailleurs dans le monde.

Mais qu’en est-il vraiment?

Je propose d’effectuer ici un retour sur l’histoire de la presse algérienne, qui a joué un rôle crucial dans la confusion étourdissante qui a commencé à prévaloir en Algérie au début des années 1990 pour s’installer durablement au cours de cette décennie de la «sale guerre». Le pays, à la suite du coup d’État militaire du 11 janvier 1992 et de l’interruption du processus électoral, a été plongé dans un conflit sans nom, qui a fait 200  000 morts, quelque 20  000 disparus et des dizaines de milliers d’exilés, créant, de surcroît, un immense recul des libertés publiques et de l’État de droit.

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 318 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!