Essai libre

Italie

Notes sur les avatars de l’hospitalité

Immigrer vers un pays d’émigrés et une Europe indifférente.

J’habite au nord d’un pays du sud de l’Europe. Ce pays n’est pas mon pays ou plutôt si, car c’est celui qui m’habitait avant d’y vivre, et alors même que je faisais route vers le Québec, qui n’était pas mon pays non plus. J’y suis arrivée en été, celui qui précédait le novembre de l’élection du Parti québécois, en 1976. Oui, cette année-là, comme un repère inespéré. Si je fais le compte... et on finit toujours par le faire, longtemps j’ai eu deux pays mais désormais ils sont trois; j’ai des proches ici et là, alternativement lointains; j’ai vécu toute une vie à Montréal, ma ville, la tête pleine de racines imaginées et l’esprit hanté par les vignes, tantôt celles du Médoc tantôt celles qui s’agrippent aux Préalpes italiennes. Je n’ai jamais aimé les frontières, mais elles ne m’ont rien fait. Tout ce que je sais de la nation et de l’identité, ce sont mes amis québécois qui me l’ont dit et je les ai crus sans y croire. Je leur sais gré de leur patience, moi qui n’ai toujours pas compris de quoi il s’agit, et surtout de leur tolérance devant la candeur de mon impiété.

Nord / Sud

Je vis au nord de l’Italie, là où elle pourrait parfois ressembler à la Suisse si on n’avait crainte, ce disant, de se faire lyncher par les adeptes du Eataly, made in Italy, produit 100 % italien... Longtemps j’ai vécu avec l’idée, assez douce à mon oreille, que ce pays était libre de tout nationalisme. («Nous sommes trop jeunes pour que le nationalisme existe, 1870, l’unité du pays, c’est hier. Celui de Mussolini ne fut guère qu’une sinistre parenthèse. Vous, les Français, vous ne pouvez pas comprendre», je m’efforçais donc de ne pas comprendre.)

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 320 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!

Véronique Dassas est journaliste et traductrice. Elle vit en Italie.