Dossier

Le Pavillon de l’insolite

Une promenade transtemporelle

Montréal, ville de science-fiction vécue.

Une ville s’invente en marchant. Le samedi 20  juin 2015 à 10 h, j’ai entamé, à l’invitation d’Eric Mattson, commissaire, une traversée d’environ 23 km, de la piste abandonnée de l’hippodrome Blue Bonnets jusqu’à l’île Sainte-Hélène, pour y rejoindre le site de l’ancien Pavillon de l’insolite, ultime soubresaut du rêve rétrofuturiste de l’Expo 67. En compagnie d’une petite troupe d’irréductibles, j’ai tracé ( ), neuf heures durant, un parcours en personne et en pensée le long d’un axe transtemporel ( ), où l’image de Montréal rencontre celle d’avenirs non advenus.

La marche est le double vécu de l’écriture. Le parcours était jalonné de stations, comme autant d’arrêts sur image conviant les marcheurs à l’intimité de ma démarche d’écriture: j’y exposais, à travers des récits de rêve, des anecdotes et de brèves lectures, la cartographie d’une ville de science-fiction vécue. Je réalisai également une série de photographies noir et blanc. Ce sont ces matières qui ont servi à la confection de cette carte, écriture et dessin d’une pensée en mouvement, archivant une version parallèle de la montréalité – une invitation à nous rejoindre à l’envers du monde, là où nous croyions cheminer seuls.

Mobile

La suite de cet article est protégée

Vous pouvez lire ce texte en entier dans le numéro 320 de la revue Liberté, disponible en format papier ou numérique, en librairie, en kiosque ou via notre site web.

Mais pour ne rien manquer, le mieux, c’est encore de s’abonner!