Économie : remettre la maison en ordre

n° 323 | 26 février 2019

La réflexion sur l’économie occupe ces dernières années une place importante dans nos pages. Au début du mandat des libéraux de Philippe Couillard, alors que chantaient les sirènes de « l’assainissement des finances publiques », nous publiions un dossier sur l’austérité dans lequel nous tentions de déconstruire l’idéologie qui se cache derrière cette politique économique. Un an auparavant, nous nous penchions sur les manifestations contemporaines de la lutte des classes, tentant là de démentir le mythe voulant que ce concept soit dépassé pour comprendre l’économie politique du XXIe siècle. Nous nous sommes également intéressés à l’éthique du care et à l’économie de la reproduction sociale, à l’extractivisme, à l’invasion du discours entrepreneurial et gestionnaire en culture… Cela trahit sans doute un sentiment d’être assiégé par l’économicisme qui caractérise notre époque, comme si tout ce qui concerne la vie des humains devait aujourd’hui passer au crible de l’analyse économique, qui d’ailleurs est de plus en plus réduite à l’analyse comptable. Difficile de sortir de son axe,  le « tout-à-l’économie » agit comme un solvant sur les liens sociaux, les institutions et toutes les activités porteuses d’un sens profond; en somme sur un ensemble de choses que Liberté, précisément, tente de défendre.