Yvon Rivard

Ralentir travaux

311 | Printemps 2016

En 1993, au moment où, avec la réforme Robillard, on s’apprêtait à supprimer un cours de philosophie obligatoire au cégep, j’ai écrit en défense de la philo une lettre, envoyée aux journaux, et qu’avaient cosignée une vingtaine d’intellectuels et d’artistes qui n’avaient pas de lien professionnel avec cette discipline. La lettre a été publiée, mais les Pierre Dansereau, Marcelle Ferron et Pierre Vadeboncoeur ne faisaient pas le poids. Ces gens, dont le travail consistait à penser, à imaginer, à rêver, ne faisaient rien de vraiment utile. On connaît la suite.

La peur et le goût de la mort

315 | printemps 2017

Les livres, comme les êtres qui nous ont marqués jadis, lorsque nous nous cherchions passionnément, le temps peu à peu les efface. Nous ne leur tournons pas consciemment le dos ni n’osons leur reprocher ceci ou cela, mais nous nous éloignons de ce qu’ils nous ont donné, comme si nous avions plus ou moins honte d’avoir tant reçu d’eux ou que nous voulions échapper à la part de nous-mêmes qu’ils nous ont révélée.