Tous banlieusards
301 | Automne 2013
Un acre en sursis

Chapeau: 

Brigham : aux avant-postes de la banlieue

Si la ville est une fourmilière, à quoi peut-on comparer la banlieue, à propos de laquelle je n’ai jamais pu me départir de mes préjugés ? Apeurée par l’idée de me retrouver isolée dans un lieu sans, sans centre et sans densité, contrairement à la ville, mais aussi sans bord de l’eau, privée de l’anarchie qui règne à la campagne, et où l’activité-récompense, après avoir tondu son carré de moquette verte, consiste à aller magasiner un barbecue (au gaz), j’ai, il y a maintenant dix-sept ans, quitté la ville pour la campagne. Je suis allée me coincer entre la rivière Yamaska et un champ de maïs au fond duquel j’aperçois la lisière de la forêt, encore un autre monde.

[...] 


Extrait du texte publié dans le numéro 301 de Liberté. Pour lire ce numéro en version intégrale, visitez notre boutique.