Pierre Lefebvre

Ministère de la Formation. L'éducation à l'ère du management.

305 | Automne 2014

     Tout comme la religion catholique s’immisçait, au Canada français, dans les moindres recoins du département de l’instruction publique, les paramètres de la gestion, de l’entreprenariat, de la rentabilité et même de la p

Notre éducation parasitée. Rencontre avec Jacques Tondreau.

305 | Automne 2014

Qu’entend-on par l’approche comptable en éducation ?
JACQUES TONDREAU — C’est une expression, une image, en fait. Celle-ci permet d’évoquer un certain nombre de pratiques gestionnaires apparues en éducation depuis une dizaine d’années. Elles s’appuient essentiellement sur des indicateurs de résultats et des données statistiques permettant de jauger et d’évaluer la performance des écoles, mais aussi des élèves, puis, finalement, du personnel des établissements scolaires.

Une formation à la dérive. Entretien avec Suzanne-G. Chartrand.

305 | Automne 2014

Les enseignants de français au secondaire sont-ils bien formés ?

Trop de trouble

306 |

     Le mot austérité me ramène immanquablement à la mémoire Fanny et Alexandre. Pour ceux qui n’auraient pas vu le film de Bergman, on y suit une famille de bourgeois pleins aux as. Au début, l’un des fils, directeur de théâtre, ne va pas bien. Sa santé se dégrade, puis il meurt, puis sa veuve, Émilie, désemparée, finit par se laisser séduire par un évêque protestant. Au bout du compte, elle l’épouse et emménage chez lui, avec ses deux enfants.

Faire moins avec moins

306 |

     Le temps serait donc venu de se tenir à carreau, de se serrer la ceinture, d’écouter sagement le bon père de famille. Après tout, il sait mieux que ses enfants turbulents, dissipés et voraces, ce qui est bon pour eux. Pour reprendre le cri du coeur d’un Pierre Elliott Trudeau exaspéré par les tensions sociales de l’automne 1969 : Finies, les folies ! Au problème complexe des finances de l’État, il y aurait, nous dit-on, une réponse simple : couper, démanteler, réduire, détruire, restreindre.

Corps à corps

307 | Printemps 2015
Sans vouloir vous embêter avec les détails triviaux de nos délais de production, il me semble tout de même nécessaire d’indiquer dès le départ que je vous écris de la fin du mois de novembre 2014. En ce moment, #BeenRapedNeverReported et#AgressionNonDénoncée ne semblent déjà plus trop intéresser les médias. À tout le moins, le mouvement a déjà perdu le génie de faire les manchettes. Le plus inquiétant n’est pourtant pas la capacité de la presse,de la radio et de la télévision à se désintéresser au plus vite de ce qui les obsédait la veille ; c’est plutôt l’incertitude.

Francine Pelletier - De La vie en rose à aujourd'hui

307 | Printemps 2015

LIBERTÉ — Comment en êtes-vous venue au journalisme?

Les uns contre les autres

308 | Été 2015

Je suis comme le disent les Anglais un slow starter, un late bloomer, bref, un lent. J’ai découvert l’alcool assez tard, aux alentours de mes vingt-trois ans, longtemps après un bon nombre de mes contemporains qui en faisaient usage depuis l’adolescence. Si les motifs de mon retard sont peut-être un peu trop sinueux pour avoir envie de les livrer ici, ce qui m’a amené au divin poison me semble par contre digne de mention.

Ma mère comme une boîte de conserve

309 | Automne 2015

Les yeux de ma mère se cassent la gueule. Il n’y a pas grand-chose à faire, c’est l’âge, le corps qui se déglingue. La mort, qui attend son tour, a commencé simplement à la grignoter. Cette souffrance-là, avec l’angoisse qui l’accompagne, est éventuellement le lot commun de tous, le seul universel auquel on puisse peut-être encore s’accrocher. Tout le monde ne peut pas avoir la chance de mourir bêtement, sans s’en rendre compte, dans un accident de la route, au travail, n’importe où.

Antoine Laprise - Des bêtes et des classiques

309 | Automne 2015

Liberté : Comme nous fêtons cette année le vingtième anniversaire du Théâtre du Sous-marin jaune, j’aimerais d’abord savoir comment est né le Loup Bleu, et surtout, pourquoi il est devenu le narrateur récurent dans l’ensemble de tes spectacles.

Pages