Séduits par la droite
313 | Automne 2016
Pièce montée de toutes pièces

Chapeau: 

Christoph Marthaler joue du vaudeville pour mieux déjouer les apparences.

Le titre allemand du spectacle bilingue Une île flottante, Das Weisse vom Ei, renvoie à l’expression « das Gelbe vom Ei sein » (« être le jaune de l’œuf »), qui signifie être l’idéal, le meilleur, la crème de la crème. Le jaune renvoie, bien sûr, au substantiel, au consistant; le blanc, au banal, à l’insipide. L’île flottante (le dessert) ne requiert en effet que le blanc de l’œuf, en neige, matière volatile et aérienne par excellence, « flottant » nonchalamment sur sa crème anglaise. Le titre français, bien qu’il ne traduise pas l’expression allemande, connote la légèreté (dans son acception péjorative): les blancs en neige étant à utiliser avec modération, au risque de verser dans l’exagération, le trop-plein, d’être englouti dans un capricieux nuage, trop ou pas assez « monté »... Avec Une île flottante, Christoph Marthaler se confronte au théâtre d’Eugène Labiche, maître du vaudeville, ce genre populaire du XIXe siècle : théâtre à risque, car emblème de légèreté. Il se livre à une étude approfondie et sensible de différents textes de Labiche dont les mots et les situations sont rendus dans leur littéralité, exagérés, décalés, étirés… Bref, il a allongé la sauce, pour mieux en faire goûter la riche et délicieuse inconsistance.

[...]

 


Extrait du texte publié dans Liberté n° 313. Pour lire ce numéro en version intégrale, visitez notre boutique.