Politiques culturelles. L'héritage de Georges-Émile Lapalme
303 | Printemps 2014
Le nouvel Héroïsme

Chapeau: 

Comment le XXIe siècle transforme l'image du superhéros.

Régnant en roi et maître sur le paysage commercial contemporain, le film de superhéros s’est véritablement imposé au fil des quinze dernières années en tant que genre par excellence du nouveau cinéma hollywoodien. Sa formidable vitalité, en tant que vaste entreprise de divertissement industriel, n’est plus à prouver. Personne n’a donc été étonné outre mesure lorsque le géant Disney a décidé d’intégrer le panthéon Marvel à son empire, consolidant un peu plus son emprise sur la culture populaire en ajoutant Spider-Man, Iron Man, les X-Men et Captain America (pour n’en nommer que quelques-uns) à la liste de ses propriétés intellectuelles. De même, l’immense succès commercial et critique des Batman de Christopher Nolan aura motivé DC Comics, l’éternel rival de Marvel, à tenter de relancer une autre de ses franchises phares : l’iconique saga Superman.

Au-delà de l’archétype du superhéros, c’est la logique éditoriale propre au comic book américain qu’il s’agit désormais de transposer au cinéma – une redoutable mécanique de mise en marché dont l’ampleur et la complexité dépassent de loin le système linéaire, jusqu’alors prévalent au grand écran, des séries et des suites. Ici, les séries ne sont plus isolées les unes par rapport aux autres. Elles forment un vaste ensemble, un « univers » qui prend forme progressivement par le déploiement de plusieurs séries parallèles qui pourront, moyennant une planification stratégique du calendrier de parution, occuper les salles à longueur d’année. [...]