Prendre soin
309 | Automne 2015
Le désespoir, et après?

Chapeau: 

Le repaire des solitudes est exemplaire d'une certaine esthétique de la misère.

Cela peut être difficile à admettre, mais il y a parfois dans le désespoir – ou dans une certaine forme de désenchantement qu’on nomme désespoir – quelque chose de gratifiant, comme si cet état était un gage de sensibilité devant l’injustice du monde. On sent par moments poindre ce raccourci dans Le repaire des solitudes, premier recueil de nouvelles de Danny Émond. Ses personnages souffrent et, à défaut de trouver un sens à leur existence, proposent au lecteur une expérience purgative simple et efficace : la vie est une vaste vacherie et le simple fait de l’énoncer rend cette impression plus supportable. Mais est-ce suffisant?

[...]


DANNY ÉMOND
Le repaire des solitudes
Boréal, 2015, 160 p. 


Ce texte est un extrait du texte publié dans le numéro 309 de Liberté. Pour lire ce numéro en version intégrale, visitez notre boutique.