Isabelle Boisclair

Sexus inutilis ?

313 | Automne 2016

Il fut un temps où tout était si simple. Il y avait des hommes, il y avait des femmes. Des identités fondées sur un programme invitant les mâles à incorporer le masculin – appelons ainsi tout l’attirail corrélé à la virilité et / ou à l’autorité – et à investir les territoires idoines pour devenir des hommes, et les femelles à performer le féminin et à occuper le territoire de la féminité, corrélée à la douceur et à la subordination – et à s’y tenir ! – pour devenir des femmes. Mais voilà que, progressivement, du trouble s’est introduit dans le système d’assignation.