Éric Pineault

Créditez, créditez, il en restera toujours quelque chose

299 | printemps 2013

«Ça nous a pris dix ans pour construire le problème de la dette de l’État dans l’opinion publique, à faire rentrer dans la tête des gens que c’était une priorité, mais là ça va trop loin, on a perdu le contrôle sur la question. » La question de la dette, une fabrication idéologique? À en croire la confession d’un spin doctor à la src, oui. Un idéologème au cœur d’un processus de subjectivation qui fait de nous tous des endettés.

La panacée

300 | Été 2013

C’est tombé, ou ça tombera, comme le ginseng.
Dicton populaire en Nouvelle-France, circa 1750.

La dépossession tranquille

302 | Hiver 2014

Portrait gaspésien

L’hélicoptère survola lentement Carleton – devenue sur Carleton- sur-Mer, pour mieux vendre sa prétention d’être une station balnéaire tendance – s’immobilisant ça et là comme pour laisser les passagers prendre le temps de découvrir – jouqués dans le ciel – les attraits et paysages qu’admirent d’habitude les gens de la fenêtre de leur voiture. Puis il reprit soudain son vol vers l’est.

Bienvenue en Austérie

306 |

     Il faut vivre selon ses moyens, ne pas dépenser l’argent qu’on n’a pas. Cesser de rouler en Cadillac si on peut juste se payer une sous-compacte. Ne pas refiler la facture à nos petits-enfants. Le Québec est dans le rouge. Notre déficit est structurel. Nous fonçons droit dans le mur. La dette, la dette, la dette (indication au lecteur: lire ces mots à voix haute avec une tonalité stridente qui, progressivement, communique l’hystérie). Ayons le courage d’agir. Il n’y a pas de vaches sacrées. L’immobilisme doit cesser.