Élisabeth Nardout-Lafarge

Desesperanza

304 | Été 2014

Relisant la chronologie établie par Francis Parmentier dans son édition des Chroniques, on voit que Buies a décidément, comme le dit Michel Biron, tout ce qu’il faut pour être un personnage de roman : une mère morte jeune et au loin; un père détesté l’envoyant en Europe pour se débarrasser de lui et à qui il s’empresse de désobéir; des grand-tantes qui l’élèvent, Luce-Gertrude et Angèle, anciennes seigneuresses de Rimouski, qu’on imagine aussi démunies et dépassées que celles d’Élisabeth d’Aulnières dans Kamouraska; une sœur

Marie de l'Incarnation - Présentation

309 | Automne 2015

Marie Guyart, née en 1599, en religion Marie de l’Incarnation, entre chez les ursulines de Tours en 1633. Elle arrive à Québec en 1639 et y meurt le 30 avril 1672. Fondatrice du couvent des ursulines de la ville, elle en sera la première supérieure.

«Il faut que ces filles-là soient folles»

309 | Automne 2015

C’est peut-être d’abord l’étonnante résistance qu’il leur a fallu pour parvenir jusqu’à nous qui rend si précieuses les lettres de Marie de l’Incarnation. En plus de la manipulation de ses textes et des récupérations de la figure de l’ursuline, leur écriture elle-même semble s’être arrachée à tout ce qui la contrariait.

Réjean Ducharme

310 | Hiver 2016

«Quand on a donné sa parole, il faut la garder.»
-Les enfantômes

Les insolences de Jovette Bernier - Présentation

311 | Printemps 2016

Poète, romancière, journaliste, animatrice de radio et scriptrice pour la télévision, Jovette Bernier (1900-1981) appartient, avec quelques autres à qui on l’associe toujours, Medjé Vézina, Éva Sénécal, Simone Routier, à cette génération d’écrivaines des années trente dont les œuvres se démarquent de celles de leurs contemporains par leur parti-pris féminin sinon féministe. Longtemps traitées avec condescendance par la critique et l’histoire littéraire, elles sont aujourd’hui redécouvertes et relues.

Marie-Claire Blais - Présentation

312 | Été 2016

Dans Passages américains, paru en 2012 peu après le printemps étudiant, Marie-Claire Blais pose un regard rétrospectif sur la lutte pour les droits civiques des années soixante aux États-Unis et livre un dense plaidoyer pour l’action collective, la résistance politique, mais surtout pour la puissance d’action de la jeunesse. Deux choses frappent dans ce court texte qui constitue en quelque sorte le point de départ de ce dossier.

Inclure les exclus - Entretien avec Marie-Claire Blais

312 | Été 2016

LIBERTÉ: De La belle bête à Une saison dans la vie d’Emmanuel ou d’Une liaison parisienne jusqu’au cycle Soifs, votre œuvre évolue et se transforme. Comment voyez-vous sa cohérence d’ensemble et les « périodes » que la critique y délimite ?