Séduits par la droite
313 | Automne 2016
Dire non

Chapeau: 

Les refus d’Henri Michaux extirpent la littérature de ce qui la transforme en spectacle.

Combien de fois ces dernières années m’en suis-je voulu d’accepter les invitations et d’être allé en studio dans les sous-sols de la tour de Radio-Canada ? Il fut un temps où j’y avais mes carnets, puis mes chroniques, je causais de mes lectures au micro amical et attentif de Stanley Péan qui m’accueillait d’un adjectif toujours renouvelé, je pouvais au besoin passer à la moulinette des productions théâtrales au micro matinal de l’espiègle Homier-Roy, ça pouvait aller, ça ne payait pas l’épinard du week-end, mais je n’avais pas l’impression de déconner. Je montais parfois dans les bureaux où il y avait des gens heureux, une vue splendide du fleuve, mais ceux qui l’avait connu n’oubliaient pas le faubourg à m’lasse; les rebords de fenêtres dans le bureau de Stéphane Lépine débordaient de livres, mis en piles, les Louis-René des Forêts, les Handke, les Bernard Comment, les Christa Wolf, les Bergounioux…

Puis se réalisa brutalement la révolution de Lafrance, où tombèrent des têtes, les rares bien faites qui y étaient encore, je pense à celles de Larose et de Lépine, et celle de Major. On vous a assez vus !

[...]


Extrait du texte publié dans Liberté n° 313. Pour lire ce numéro en version intégrale, visitez notre boutique.