Marie-Claire Blais
312 | Été 2016
Comme dans le temps

Chapeau: 

Marc Séguin, entre le Nord et le cliché.

Il est fascinant, l’aller-retour qui cadence Nord Alice de Marc Séguin. On pourrait dire, trop facilement, que c’est celui entre le narrateur, occidental, et le Nord de son exil, à Kuujjuaq, mais on simplifierait trop les choses. Entre les ancêtres du protagoniste et son présent nauséeux? Entre Alice, femme du Nord habitant New York, et le narrateur, Québécois égaré sur les routes nordiques? En fait, sur les rythmes mièvres d’une romance, avec le ton éploré qu’on reconnaît aux récits de peine d’amour, Nord Alice place dos à dos ce qu’on appelle parfois – faute de mieux – la civilisation moderne et l’ancien monde, pétri de valeurs traditionnelles. Et l’affrontement semble joué d’avance : le gros bon sens gagnera toujours contre les positions de principes, comme le monde ancien, si vrai, si tangible, ne peut que vaincre notre triste ère du virtuel.

[...]


Extrait du texte publié dans Liberté n° 312. Pour lire ce numéro en version intégrale, visitez notre boutique.