Catherine Lalonde

Mission impossible

303 | Printemps 2014

Je relis chaque fois Filles-commandos bandées de Josée Yvon comme je revois le générique de Mission impossible. Je parle de la vieille série, déjà culte quand j’étais poupounette, passant en re-re-reprises, qu’on ne m’interdisait pas vraiment d’écouter, mais de laquelle on détournait mon attention pour mieux me ramener au petit écran, plus tard, à l’heure – 16 h, je n’oublierai jamais – du Bobino fait sur mesure. L’interdit suscite la curiosité.

Critiquer et espérer

315 | printemps 2017

Sur la scène de la danse contemporaine québécoise, le spectateur est à même de trouver ces jours-ci quelques partitions si aérées qu’il peut y ajouter sa propre couleur. De ces chorégraphies où l’espace mental et le temps accordés sont une invitation à emplir les vides, à relier de ses propres traits les petits cailloux blancs posés là, en injectant un surplus d’attention ou par réelle projection de l’imagination.