Artistes en résistance. L’art n’est pas un vernis servant à décorer un monde qui serait étranger à la question des formes. L’art nous aide à résister à l’aseptisation du monde et à combattre la neutralisation de la langue lorsque, dans son désir de contrôle, elle bride tous les affects, jusqu’au désir d’un autre monde. Informer, ce n’est pas nier les formes, encore moins les détruire : c’est faire souffler les vents porteurs de nouveaux possibles, reconnaître la plasticité du réel pour en redéfinir les contours. Donner libre cours aux mots, c’est faire entrer la fiction dans la réalité, pour que les histoires se conjuguent avec l’histoire ; c’est aussi permettre leur prolongement dans un au-delà des mots qui en vaut bien mille. 

Sophie Privé, Duel, 2016, acrylique et graphite sur toile, 91 X 122 cm. L’artiste est représentée par la Galerie Lacerte art contemporain, 1, côte Dinan, à Québec.

Hiver suédois 

Sur le pont la silhouette disparaît dans la pénombre. Seule existe alors une braise qui flotte un moment, puis bondit d’un mètre, rougeoie plus fort, retourne tressaillir à mi-hauteur. De loin on ne peut voir, quand la silhouette repasse dans le faisceau d’un lampadaire,...
François Vincent, Calendes 1, 2017, huile et acrylique sur toile, 91.5 X 122 cm, PH : Daniel Roussel. L’artiste est représenté par la Galerie Dominique Bouffard, située au 372 rue Sainte-Catherine ouest, espace 508, à Montréal. 

Le gros lot 

La permanence des choses ne tient parfois qu’à un fil pour les structures moléculaires complexes que sont les civilisations. Le plus anodin des événements peut déclencher le chambardement, provoquer la volatilisation féroce de l’ordre établi, révéler les forces en ébullition jusqu’ici latentes. Même les...

Felicità felicità

Le soir où j’ai rencontré Andrea au City Circus Hostel d’Athènes, il buvait dans le lobby avec trois Américains rencontrés quelques heures plus tôt. Je voyageais avec des amies, et Jared, le plus vieux du groupe, nous avait invitées à les rejoindre. « Come and...