Une impunité en fin de règne ?

Trump : anything goes !

Illustration : Henriette Valium

Illustration : Henriette Valium

Qu’arrive-t-il lorsqu’un intimidateur parvient à la présidence d’une grande puissance et n’hésite pas à pratiquer l’insulte raciste, sexiste ou homophobe, tout en s’entourant d’une cour d’hommes blancs riches qui lui servent de gouvernement ? Comment contrer l’arrogance lorsque toutes les personnes qui appartiennent à un groupe vulnérable sont les cibles désignées de la raillerie des riches et des puissants qui pensent que leur statut leur garantit l’impunité absolue ?

La société étasunienne n’a pas changé depuis que Trump en est devenu le président. Il n’en reste pas moins que celui-ci en représente la face la plus hideuse, incarnant jusqu’à la caricature l’individu néolibéral. Mais on peut aussi y voir une société écartelée entre la défense des privilèges et la dénonciation des injustices.

Ce contenu est réservé aux abonné.e.s

Vous êtes abonné.e à Liberté?
Entrez votre nom d’utilisateur et votre mot de passe ci-dessous.
Écrivez-nous pour obtenir votre nom d’utilisateur et votre mot de passe.

Vous n’êtes pas abonné.e à Liberté?
Abonnez-vous!
Achetez le numéro!


Bio : Diane Lamoureux est professeure associée au département de science politique de l’Université Laval. Ses travaux récents portent sur l’impact conjugué du néolibéralisme et du néoconservatisme sur les sociétés occidentales contemporaines. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages et articles sur le féminisme québécois, l’antiféminisme et les théories féministes.