De quoi le nom de Le Pen est-il le nom ?

Jean-Marie-Marine-Le-Pen ™

Illustration : Henriette Valium

Illustration : Henriette Valium

Nous vivons, en France comme au Canada, dans un de ces pays, pas si nombreux sur la planète, qu’on appelle démocratiques. On veut généralement dire par là des États de droit dans lesquels de multiples libertés sont garanties par les institutions, à commencer par la liberté d’expression : en usant de celle-ci, nous ne risquons pas d’être emprisonnés, torturés ou exécutés. De cela, nous devons assurément nous féliciter. Cependant, cette absence de censure juridique n’empêche pas que s’y exerce une censure plus insidieuse, celle qui, par le truchement de divers procédés d’intimidation, conduit à l’autocensure. Le nom générique de cette censure nous est venu des États-Unis : c’est le politiquement correct, qui se caractérise par une double intrusion de la morale, ou plutôt du moralisme, dans le débat intellectuel comme dans le débat politique. Intrusion d’une morale de l’intention d’abord : ce que vous dites est honteux parce que vous ne pouvez le dire qu’en poursuivant des objectifs méprisables, poussé que vous êtes par des intérêts égoïstes ou des passions tristes. Intrusion d’une morale conséquentialiste ensuite : ce que vous dites est scandaleux parce qu’en le disant vous faites le jeu de X ou de Y. En France, X ou Y porte un nom, celui de Le Pen.

Mais qui est donc ce sulfureux personnage dont le patronyme a servi à créer le substantif lepénisation et le syntagme « lepénisation des esprits » ? Jean-Marie Le Pen est apparu sur la scène politique française au milieu des années 1950 lorsqu’il fut élu député à l’âge de 28 ans sur la liste poujadiste[1]. Il avait été auparavant un président de la corporation des étudiants en droit de Paris enclin à faire le coup de poing contre les communistes. Officier parachutiste en Indochine, puis en Algérie, il fut accusé d’y avoir pratiqué la torture, sans que la chose fût clairement établie. Au milieu des années 1960, il participe activement à la campagne électorale de Tixier-Vignancour contre le général de Gaulle, puis disparaît de la scène politique jusqu’en 1972, date à laquelle il est choisi par le mouvement néo-fasciste Ordre nouveau pour présider un nouveau parti à vocation électorale qui en serait comme la vitrine légaliste, le Front national. Même s’il fréquente d’anciens collaborateurs, Le Pen n’est pas un fasciste : avant tout anticommuniste, antigaulliste, populiste et conservateur, libéral en économie, il fait figure de modéré à côté des activistes d’Ordre nouveau et n’a rien d’un séditieux. Dès sa création, le nouveau parti s’inscrira dans l’ordre des institutions républicaines.

Ce contenu est réservé aux abonné.e.s

Vous êtes abonné.e à Liberté?
Entrez votre nom d’utilisateur et votre mot de passe ci-dessous.
Écrivez-nous pour obtenir votre nom d’utilisateur et votre mot de passe.

Vous n’êtes pas abonné.e à Liberté?
Abonnez-vous!
Achetez le numéro!

Bio : André Perrin est philosophe et a publié Scènes de la vie intellectuelle en France, aux Éditions L’artilleur, en 2016.


[1] Le poujadisme est un éphémère mouvement, d’abord syndical, puis politique, de défense des artisans et des petits commerçants menacés par le développement des grandes surfaces, qui naquit en 1953 d’une révolte antifiscale, connut un spectaculaire succès aux élections de 1956 et disparut complètement en 1958 avec l’avènement de la Ve République.