Avec ou contre nous

La vie dans une revue d’idées n’est pas un long fleuve tranquille ; c’est le propre d’un lieu proposant des réflexions placées sous le signe de la liberté que de susciter des débats. Aussi faut-il confesser une certaine naïveté collective pour avoir cru qu’en proposant un dossier sur des figures qui soulèvent la controverse, nous échapperions nous-mêmes aux discussions enflammées.

Quelques mois après l’élection de Donald Trump, au terme d’une campagne électorale ubuesque, et celle d’Emmanuel Macron, soutenue par de larges pans de la gauche cherchant à barrer la voie à Marine Le Pen, l’idée du dossier de ce numéro surgissait lors d’une rencontre du comité éditorial de Liberté. Au départ, un constat simple : encore une fois, en France, au nom de l’opposition au Front national, la gauche s’était ralliée à la droite pour « éviter le pire ». Aux États-Unis, on se plaisait à détester Trump, comme si cela suffisait à définir une politique, sans avoir à réfléchir à ce qui pouvait expliquer la débandade du Parti démocrate. Au Canada, notre détestation de Harper permettait à elle seule, à en croire plusieurs, de dessiner les contours d’un pays où il ferait bon vivre. Pour l’heure, cela a surtout permis à Justin Trudeau de gouverner en exploitant les mots-clés de la gauche sans avoir à concrétiser une vision cohérente du XXIe siècle qui puisse engendrer quelque engouement.

Ce contenu est réservé aux abonné.e.s

Vous êtes abonné.e à Liberté?
Entrez votre nom d’utilisateur et votre mot de passe ci-dessous.
Écrivez-nous pour obtenir votre nom d’utilisateur et votre mot de passe.

Vous n’êtes pas abonné.e à Liberté?
Abonnez-vous!
Achetez le numéro!