Amour féroce — première partie

S’incarner par la boxe

Boxing opened me up and helped me find the person I am. - Claressa Shields (Boxer m’a aider à m’ouvrir et à trouver celle que je suis)

Boxing opened me up and helped me find the person I am. - Claressa Shields
(Boxer m’a aider à m’ouvrir et à trouver celle que je suis)

Debout dans la cuisine
je pense à Mohammed Ali
à son alter ego Cassius Clay…
Le soir, je reste
à la fenêtre
j’imagine le boxeur et son ombre
dans l’arène
paupières ouvertes
shorts collés aux cuisses
il cherche un feu qui ne vient pas
il veut tuer celui qui l’habite
puis aimer celui qu’il n’est pas.
Carole David, Abandons, « Alter ego »

 

Aucun sport mieux que la boxe ne représente le combat contre l’injustice. Dans nos récits, le boxeur incarne celui qui a la force de rester debout et de continuer à livrer bataille même dans l’adversité la plus éprouvante. Il est une figure de courage et de puissance, de beauté. La boxe est d’ailleurs un art qu’on dit noble, car elle donne à celui et à celle qui la pratique de nobles qualités : courage et combativité, ruse et sens tactique, intégrité et sens de l’honneur. Le combat que le boxeur livre sur le ring fait écho, de manière plus inconsciente, au combat que nous menons contre notre propre part d’ombre, quel que soit son poids. L’admiration que nous lui vouons n’est pas non plus étrangère au fait qu’il symbolise notre bataille contre le temps, contre la mort.

La boxe est aussi associée, dans l’imaginaire, à la possibilité d’une émancipation vis-à-vis des formes que prend l’oppression, elle parle de liberté et d’autodétermination, c’est peut-être la raison pour laquelle elle reste si populaire aux États-Unis, comme si elle se mariait parfaitement avec le discours fondateur du mythe américain. Ce serait le sport du peuple et des démunis, qui sortent de la fange pour éblouir dans les combats de rues avant de le faire dans la lumière des projecteurs. Les grands boxeurs, dans les récits que nous produisons, naissent de la misère, de la violence, dans l’absence de bonté et d’amour, mais leurs épreuves seraient à la source de leur talent et de leur combativité, et aucune compensation ne leur sera accordée si ce n’est celle d’être vainqueurs. Bien que le lien entre la rue et la boxe ne soit pas à écarter, nous aimons le désespoir dans ce combat, et il est vrai que le boxeur fait preuve de résilience. « La désespérance, et puis lutter toujours, sans repos », chantait Jacques Brel. C’est ainsi que l’ouvrier prend d’assaut les espaces qui lui seraient autrement interdits ; un peu comme le veut le mythe de l’écrivain sans le sou, il serait l’artiste qui s’affranchit de son milieu d’origine par la clé de son art ; c’est la communauté noire qui peut exprimer sa colère contre la ségrégation raciale dont elle est victime depuis des générations et prendre sa revanche ; et maintenant ce sont les femmes qui montent dans le ring et qui montrent au monde la puissance dont elles sont capables. Les Claressa Shields, Cecilia Brækhus, Nicola Adams, Estelle Mossely et, ici, les Marie Spencer, Mandy Bujold et Ariane Fortin, parmi d’autres, indiquent la voie d’une nouvelle boxe en lui insufflant leur énergie et leur volonté.

Ce contenu est réservé aux abonné.e.s

Vous êtes abonné.e à Liberté?
Entrez votre nom d’utilisateur et votre mot de passe ci-dessous.
Écrivez-nous pour obtenir votre nom d’utilisateur et votre mot de passe.

Vous n’êtes pas abonné.e à Liberté?
Abonnez-vous!
Achetez le numéro!