Me, myself and I

Les faits divers, c’est connu, sont une mine d’or pour les écrivains. L’histoire de Delphine Delamare a, semble-t-il, inspiré Madame Bovary ; Jean Genet s’est basé sur le crime des sœurs Papin pour écrire Les bonnes et François Mauriac, sur un célèbre procès pour Thérèse Desqueyroux. Plus près de nous, le meurtre du Docteur Holmes a servi de base à Anne Hébert dans Kamouraska et, tout récemment, Hugues Corriveau a repris, dans Les enfants de Liverpool, le meurtre horrible du petit James Bulger, deux ans et demi, par deux enfants de 10 ans. Oui, les faits divers dépassent souvent – et de beaucoup – ce que pourrait imaginer un auteur.

Ce contenu est réservé aux abonné.e.s

Vous êtes abonné.e à Liberté?
Entrez votre nom d’utilisateur et votre mot de passe ci-dessous.
Écrivez-nous pour obtenir votre nom d’utilisateur et votre mot de passe.

Vous n’êtes pas abonné.e à Liberté?
Abonnez-vous!
Achetez le numéro!