L’imprimante à papier de toilette

Le savoir technique comme outil d'émancipation

Je suis avec Urbain Desbois au Cheval blanc. La serveuse passe avec le terminal qui imprime les reçus parce qu’il est maintenant obligatoire d’en remettre un pour chaque consommation. Je dis à Urbain Desbois que j’aimerais bien trouver comment hacker la machine pour en faire une imprimante à poésie. Mais en même temps, je ne sais pas trop où ni à qui ça pourrait servir. Et puis là, l’idée nous vient : une imprimante à papier de toilette ! On est partis ! Pu arrêtables ! Guerre et paix ! Gaston Miron ! OMFG —> Les chroniques de Richard Martineau ! MIEUX ! MIEUX ! LEBEST ! —> L’imprimante à papier de toilette connectée en temps réel par flux (flu ! hanhan !) rss au compte Twitter d’Éric Duhaime ! Urbain me prend par les épaules. « Mathieu, si t’arrives à construire cette machine-là et à la commercialiser, tu seras plus jamais à loyer de ta vie. »

Un de mes passe-temps préférés depuis que je possède ma petite entreprise d’impression de t-shirts et de confection d’objets littéraires, c’est de me poser des questions de production. Comment je pourrais réaliser tel projet au moindre coût possible, quel matériau je pourrais utiliser, comment je pourrais commercialiser et vendre cet objet, à qui, etc. Les questions techniques enveloppées dans un objet comme une imprimante à papier de toilette, c’est mieux qu’une bonne série télé. Ça m’empêche presque de dormir tellement ça me captive. 

Ce contenu est réservé aux abonné.e.s

Vous êtes abonné.e à Liberté?
Entrez votre nom d’utilisateur et votre mot de passe ci-dessous.
Écrivez-nous pour obtenir votre nom d’utilisateur et votre mot de passe.

Vous n’êtes pas abonné.e à Liberté?
Abonnez-vous!
Achetez le numéro!

Rectificatif

En réponse à la parution de la chronique du numéro 311, intitulée Les ayant-droits, la famille de Josée Yvon nous a contactés pour démentir les rumeurs quant aux difficultés entourant la réédition des œuvres de la poète. Cette réédition est bel et bien en préparation et avec le plein accord de la famille. Un premier ensemble de textes, comprenant La chienne de l’hôtel Tropicana, Koréphilie et Filles-missiles, est ainsi paru en 2015 aux Écrits des Forges sous le titre Pages intimes de ma peau. La famille, depuis, poursuit les démarches afin que l’ensemble de l’œuvre de Josée Yvon soit de nouveau disponible.