Les oppressions intimes

Americanah décortique les hierarchies

On a beaucoup débattu, cette année, des bienfaits du féminisme pop tel qu’incarné par les Taylor Swift et Beyoncé de ce monde. Un des effets inattendus de cette vague aura été de faire connaître Chimamanda Ngozi Adichie. L’écrivaine nigériane a en effet vu un extrait d’un de ses discours intégré dans une des pièces les plus populaires du dernier album de Beyoncé, Flawless, sa notoriété décuplant du même coup. Son propos n’était peut-être pas révolutionnaire, mais il n’en formait pas moins, dans le cadre d’une chanson présentée par une diva à l’image ultra-contrôlée, un contrepoint saisissant.

Ce contenu est réservé aux abonné.e.s

Vous êtes abonné.e à Liberté?
Entrez votre nom d’utilisateur et votre mot de passe ci-dessous.
Écrivez-nous pour obtenir votre nom d’utilisateur et votre mot de passe.

Vous n’êtes pas abonné.e à Liberté?
Abonnez-vous!
Achetez le numéro!

Référence : Chimamanda Ngozi Adichie, Americanah, trad. de l’anglais par Anne Damour, Gallimard, 2015, 528 p.